malheureusement il pleut parfois dans nos vies

malheureusement le pire est toujours possible...

...
Nadège est morte...
LXXII 25 décembre 2012 : le pire est toujours possible

« Profitant sûrement d’un certain relâchement dans l’attention générale, quatre hommes ont réussi à s’introduire discrètement dans la maison d’arrêt d’Agen... »

Ce matin-là, Nadège était la seule mère dans "la pouponnière."
Ils ont ligoté la gardienne dans le couloir.

La gardienne, selon sa déposition, se souvient de l’ensemble des paroles prononcées.

« "- Tu vas crever sorcière" (elle semble avoir pris un enfant dans ses bras) Donne ça (l’un des meurtriers semble lui avoir arraché cet enfant). (Je ne peux pas distinguer les quatre voix, seules les paroles se sont incrustées en moi). "Rendez-moi mon enfant" a crié plusieurs fois Nadège puis elle a poussé un cri atroce, je n’ai pas compris sur l’instant mais l’enfant fut alors égorgé. Ils ont bâillonnée Nadège. "Comme ça tu pourras plus gueuler, sorcière" (d’elle je n’ai plus alors entendu que des cris étouffés) "Tu vas crever pareil, sorcière... avant tu payer... on va s’offrir du plaisir, on a tous rêvé ton cul... faut pas tu crèves avec ce rital dernier, tu appartiens au maître... (ils l’ont violée, j’ignore si les quatre l’ont violée, je l’entendais juste essayer de se défendre et ne pouvais rien faire, l’un d’eux est venu regarder trois fois dans le couloir... quand il n’y a plus eu aucun gémissement, j’ai senti l’odeur de paille qui brûlait... « yeah beau boulot, chef s’ra fier nous » a prononcé l’un des assassins… « yeah » semble avoir été leur cri général. Ça a duré 22 minutes entre le temps où j’ai été attachée, où j’ai fixé mon regard sur la pendule, 8 heures 06 et quand ils sont partis, à 8 heures 28 et je n’avais pas réussi à atteindre la porte quand Pascal est entré à 9 heures 12... »

Ils avaient emporté de la paille, qu’ils lui ont enfournée dans le vagin et l’anus, ils ont imbibé le tout d’alcool à brûler et craqué une allumette... Comme pour les voitures, les corps se brûlent pour ne laisser aucune trace ADN. L’ADN des quatre "suspects" permit néanmoins leur arrestation sous quatre jours. Avec l’aide des caméras de surveillance de la prison et de la gare d’Agen.

Nadège est morte égorgée mais son corps était ouvert "de partout." Et c’est avec son sang, de sa main droite, qu’avant d’expirer elle a tracé un cœur, un S, un T et une barre verticale. Il ne fait aucun doute pour les policiers, ni pour moi, qu’il s’agissait du début d’un E.
Dans sa cellule, une lettre attendait le passage "du facteur." J’ai pu la lire. Mais elle reste "au dossier."

Je suis désormais persuadé qu’elle a immédiatement compris qu’ils venaient les tuer, elle et l’enfant.
Elle a sauvé son fils en se saisissant d’un autre que sa mère souhaitait abandonner. Qui pourrait le lui reprocher ?




Ecrire ma confidence



Voir sujet précédent du forum
Si vous souhaitez aborder un autre sujet : Vous pouvez débuter un nouveau sujet en respectant le thème du site.